De l’autre côté du miroir …

Voici le récit d’une adhérente de GEFCA décrivant son « parcours de soins » qui s’est déroulé il y a plusieurs mois entre différents établissements en psychiatrie.

Ce récit nous parait remarquable et important à plusieurs égards ; il souligne en premier lieu la complexité et la triple dimension bio-psycho-sociale de la santé mentale.

Il permet d’illustrer bon nombre des principaux dysfonctionnements actuels de l’institution psychiatrique du point de vue du patient, en particulier :
– le manque de moyens humains, associé à une certaine conception du soin, se traduisant notamment par le recours excessif aux médicaments et par le peu d’importance accordée à la parole et la relation humaine ;
– le caractère potentiellement expéditif, réducteur et condamnatoire du diagnostic ;
– des lacunes en termes de prévention du risque suicidaire ;
– le défaut d’articulation entre les ressources de soin, notamment libérales, publiques et privées, et l’un de ses corollaires le défaut de préparation à la sortie.

Ce récit traduit une inadaptation et les risques de ruptures d’un parcours « institutionnel » marqué par des réhospitalisations et hospitalisations sans consentement, malgré une démarche initialement volontaire du patient et l’expression d’une demande de soin. Marqueur de cette inadaptation, le risque est constant d’une dépossession de la personne de son pouvoir d’agir, par la force du fonctionnement institutionnel auquel se remet chacun des acteurs relativement démuni.

A l’inverse et pour apporter une réelle nuance et des marques d’optimisme à son témoignage, notre adhérente souligne l’importance des ressources sur lesquelles elle a pu s’appuyer pour permettre son rétablissement – au-delà des siennes propres, essentielles et motrices. Il s’agit principalement de ressources soignantes réunissant un certain nombre de caractéristiques : des dispositifs de liaison ou ambulatoire, l’importance accordée à la relation entre patients et entre patients et professionnels ainsi qu’à la parole, la promotion des ressources personnelles et environnementales de la personne.

Ayant diffusé son écrit à différentes structures, notre adhérente a été invitée à participer à la clôture des semaines de la folie ordinaire à Paris fin mars 2019.

  • Ce récit fait écho à la mission d’ « Etat des lieux des besoins et ressources en santé mentale dans l’Ain » conduite par GEFCA en 2018 et qui a donné lieu à la rédaction d’un rapport validé en septembre 2018.
  • Nous souhaitons mentionner ici le manifeste, dont GEFCA est signataire, « pour un renouveau des soins psychiques » qui synthétise l’état des débats actuels entourant la psychiatrie et la santé mentale, avec des orientations constructives et fédératives.