L’accompagnement à l’art et par l’art

Notre Conseillère Marie-Jo Guisset Martinez, gérontologue, a accompagné de nombreux projets nationaux et internationaux dans le cadre de ses fonctions à la Fondation de France puis la Fondation Médéric Alzheimer.

Son approche de la personne âgée et sa connaissance des institutions spécialisées sont imprégnées notamment de philosophie et de travail social. Elle promeut un accompagnement humain, humaniste et centré sur la personne, prenant en compte son identité, sa complexité et sa sensibilité.

C’est dans cette perspective qu’elle soutient L’accompagnement à l’art et par l’art des personnes âgées atteintes de troubles cognitifs, ainsi qu’elle le développait récemment dans son intervention à l’occasion du séminaire Alzheimer AIGA.

Bibliographie :

  • Guisset-Martinez M-J, « Peut-on innover en matière d’accompagnement des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ? », Gérontologie et société, 2008/3 (vol. 31 / n° 126)
  • Guisset-Martinez M-J, Villez M, L’identité retrouvée. Nouveaux liens, nouvelles solidarités pour une autre approche de la maladie d’Alzheimer, Fondation Médéric Alzheimer, 2011.
  • Guisset-Martinez M-J,« Three Alzheimer plans in France», in Key Issues in Evolving Dementia Care: international Theory-based Policy and PracticeEdited by Anthea Innes, Fiona Kelly and Louise McCabe, 2012
  • Guisset-Martinez M-J, Villez M, Coupry O,Jardins : des espaces de vie et de rencontre au service des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et de leur entourage, Fondation Médéric Alzheimer, 2013.
  • Guisset-Martinez M-J,« Etablir une interaction respectueuse et bienveillante avec chaque personne », Doc Accompagnement, N°6 2016.
  • Guisset-Martinez M-J,« A European perspective: new opportunities»,inLife story work with people with dementia, Ordinary lives Extraordinary people Edited by Polly Kaiser and Ruth Eley, 2017, Jessica Kingsley Publishers.

De l’autre côté du miroir …

Voici le récit d’une adhérente de GEFCA décrivant son « parcours de soins » entre différents établissements en psychiatrie.

Ce récit nous parait remarquable et important à plusieurs égards ; il souligne en premier lieu la complexité et la triple dimension bio-psycho-sociale de la santé mentale.

Il permet d’illustrer bon nombre des principaux dysfonctionnements actuels de l’institution psychiatrique du point de vue du patient, en particulier :
– le manque de moyens humains, associé à une certaine conception du soin, se traduisant notamment par le recours excessif aux médicaments et par le peu d’importance accordée à la parole et la relation humaine ;
– le caractère potentiellement expéditif, réducteur et condamnatoire du diagnostic ;
– des lacunes en termes de prévention du risque suicidaire ;
– le défaut d’articulation entre les ressources de soin, notamment libérales, publiques et privées, et l’un de ses corollaires le défaut de préparation à la sortie.

Ce récit traduit une inadaptation et les risques de ruptures d’un parcours « institutionnel » marqué par des réhospitalisations et hospitalisations sans consentement, malgré une démarche initialement volontaire du patient et l’expression d’une demande de soin. Marqueur de cette inadaptation, le risque est constant d’une dépossession de la personne de son pouvoir d’agir, par la force du fonctionnement institutionnel auquel se remet chacun des acteurs relativement démuni.

A l’inverse et pour apporter une réelle nuance et des marques d’optimisme à son témoignage, notre adhérente souligne l’importance des ressources sur lesquelles elle a pu s’appuyer pour permettre son rétablissement – au-delà des siennes propres, essentielles et motrices. Il s’agit principalement de ressources soignantes réunissant un certain nombre de caractéristiques : des dispositifs de liaison ou ambulatoire, l’importance accordée à la relation entre patients et entre patients et professionnels ainsi qu’à la parole, la promotion des ressources personnelles et environnementales de la personne.

Ayant diffusé son écrit à différentes structures, elle a été invitée à participer à la clôture des semaines de la folie ordinaire à Paris fin mars 2019.

  • Ce récit fait écho à la mission d’ « Etat des lieux des besoins et ressources en santé mentale dans l’Ain » conduite par GEFCA en 2018 et qui a donné lieu à la rédaction d’un rapport validé en septembre 2018.
  • Nous souhaitons mentionner ici le manifeste, dont GEFCA est signataire, « pour un renouveau des soins psychiques » qui synthétise l’état des débats actuels entourant la psychiatrie et la santé mentale, avec des orientations constructives et fédératives.

Etat des lieux des besoins et ressources en santé mentale dans le département de l’Ain

Cette mission a été confiée à GEFCA par le Centre psychothérapique de l’Ain, accompagnée par le Carrefour santé mentale et précarité du CPA et soutenue par l’ARS. Elle se situe au démarrage de la démarche de diagnostic et de projet territorial de santé mentale telle que définie par la loi de modernisation de notre système de santé.
La méthodologie proposée par GEFCA comportait différentes dimensions, notamment une synthèse de données existantes, la conduite d’entretiens, l’organisation de 4 réunions de territoire ainsi un échange avec des membres d’un groupe d’entraide mutuelle (GEM). Le rapport d’état des lieux remis fin juillet a été validé en septembre 2018 par un groupe projet composé du CPA, de l’ARS, de l’UNAFAM et du réseau Souti’Ain.

Accéder au rapport d’état des lieux et ses annexes

Information partenaire : le projet UTOPIA

GEFCA souhaite consacrer quelques lignes à la présentation de ce dispositif expérimental, porté par la vie associative de la délégation APF du Rhône en lien avec des partenaires associatifs de la Métropole.

UTOPIA est le projet de création d’un lieu d’accueil et d’accompagnement pluridisciplinaire destiné à soutenir des personnes adultes, sans limite d’âge, concernées par une maladie chronique et/ou en situation de handicap, quel que soit le diagnostic, par des approches complémentaires à la dimension médicale.

Il fait référence aux soins de support prévus notamment dans le cadre de maladies comme le cancer dans le parcours de soins, mais qui n’existent pas dans le cadre des maladies chroniques ou du handicap alors que cela constitue un véritable besoin des personnes.

Cet espace se distingue par sa nature collaborative et participative afin de prendre soin de soi, travailler son autonomie avec l’aide de différentes activités (individuelles et/ou collectives), telles que la socio-esthétique, la sophrologie, l’hypnose, ainsi que des activités artistiques, d’écriture, de groupe d’échange et de parole, et obtenir des informations pratiques sur les droits et les démarches administratives.

Ce lieu ressource non institutionnel et non médical constitue un soutien à la personne dans toutes ses dimensions physiques, psychiques, et socioprofessionnelles. Son champ d’intervention est limité en premier lieu à la métropole lyonnaise. Il fonctionne avec des professionnels bénévoles ou salariés, des bénévoles et les usagers, dans un esprit d’entraide mutuelle et de collaboration, prenant en compte la personne dans sa globalité.

Contact :  Marie-Hélène Boucand, utopia69@orange.fr  06 95 46 41 01

Télécharger le flyer et le planning des ateliers pour le 2ème trimestre 2019

Projet associatif 2019 de GEFCA

Ce premier projet associatif de GEFCA, rédigé en 2018, s’appuie sur la conception des « fondamentaux » des membres fondateurs et des administrateurs. Il reprend également quelques éléments de bilan après deux années de fonctionnement.

L’Assemblée générale de GEFCA a validé ce projet associatif lors de sa réunion du 17 décembre 2018.

Diagnostic relatif aux besoins et à l’offre à destination des personnes âgées fragiles ou dépendantes sur le territoire de Nyons et Baronnies

A la demande de l’ARS et à partir d’une réflexion de l’ORSAC à propos du fonctionnement et de l’évolution de son dispositif EHPAD – Résidence autonomie à Nyons, GEFCA a conduit entre mai et novembre 2017 une étude prospective à l’échelle du canton de Nyons et Baronnies, relative à l’offre à destination des personnes âgées fragiles ou dépendantes. 

Accéder au rapport diagnostique (décembre 2017) et ses annexes

Cette étude, qui vise à étayer une stratégie territoriale d’ajustement et de développement local de l’offre sanitaire et médico-sociale pour ce public, s’est poursuivie début 2018 par la définition d’un plan d’action partagé entre l’ARS et le CD26 avec l’appui de GEFCA. Le plan d’action a été présenté et validé par les acteurs du territoire, lors d’un comité de pilotage présidé par Madame la Sous‐Préfète de Nyons (27 avril 2018).